LIFESTYLE

POURQUOI JE NE CONSOMME PLUS AUCUN PRODUITS LAITIERS

Produits-laitiers-lait-de-vacheVous le savez certainement si vous me suivez régulièrement, j’en ai parlé un peu par ici mais je ne m’étais jamais étendue sur le sujet et surtout je ne vous avais jamais parlé de mon expérience.

Aujourd’hui je vous explique donc : 

Pourquoi je ne consomme plus aucun produits laitiers 

La première fois que j’ai été interpellée sur la potentielle nocivité du lait, c’était il y a une dizaine d’années. À cette époque, venir bousculer et dénigrer ce pilier de notre alimentation était à minima très mal vu, voire complètement farfelu.

Le lait c’est bon pour la santé, point final.

Pour ma part, ces suppositions naissantes ont résonné en moi car à cette période je souffrais de congestions nasales chroniques et de désagréments au niveau de la sphère ORL sans qu’aucun professionnel de santé ne parvienne à en trouver la cause et à soigner ces maux.

Alors forcément, je me suis interrogée, j’étais de plus en plus sûre que le lait que je consommais chaque jour nuisait à ma santé mais impossible de savoir pourquoi, je n’ai pas eu de déclic à ce moment là.

Ce fut une première alerte mais aucune action n’a suivie quant à un changement d’alimentation. Les années ont passées et mon assiette était toujours constituée de lait, fromage, beurre, crème et parallèlement je sentais que quelque chose n’allait pas mais je ne parvenais pas à faire le lien (pourtant évident aujourd’hui).

Et puis un jour, j’en ai marre de souffrir au quotidien parce que je respirais mal et j’ai commencé à m’intéresser sérieusement aux produits laitiers en général. A vrai dire ce potentiel ennemi incriminé à demi mot des années plus tôt était ma seule piste car je tournais un peu en rond et je ne voulais pas reprendre mes traitements à base de cortisone qui ne soignaient pas mon problème.

J’ai donc pris la décision d’arrêter le lait et tous ses dérivés le temps d’un test, sans vraiment me fixer de délai, juste pour voir si l’arrêt de ces produits avait un impact sur mes maux chroniques.

Cet arrêt je l’ai expérimenté il y a un peu plus d’un an aujourd’hui et je n’ai pas eu à attendre bien longtemps pour constater qu’après de nombreuses années à souffrir au quotidien, je parvenais à respirer de nouveau sans aucune difficulté. J’ai senti ma congestion nasale disparaître jour après jour et mes soucis ORL se volatiliser. J’étais boostée par ces résultats car je pouvais enfin mettre un nom sur la cause de ces désagréments chroniques. 

Et puis, petit à petit, j’ai repris de temps en temps un morceau de fromage, un peu de beurre, ou des produits contenant du lait, pas au quotidien mais occasionnellement. Mais systématiquement je sentais que ces apports perturbaient mon organisme et j’étais constamment dérangée.

J’étais pourtant sûre qu’un petit morceau de fromage par ci et un morceau de beurre par là ne pouvaient pas me faire de mal, mais malheureusement je me trompais. Et à force de poursuivre ces petits écarts, même occasionnels, je me retrouvais au point de départ.

Alors voilà, après ces constatations et ces observations sur mon corps, j’ai pris la décision de stopper net ma consommation de lait et de tous ces dérivés et aujourd’hui je ne pourrai plus revenir en arrière tant je me sens bien. Je n’ai plus aucun trouble ORL alors que pendant près de dix ans j’en souffrais au quotidien.

 

Les impacts de la consommation de lait

 

dairyfood

les effets sur notre organisme

Malgré tous les arguments du lobby des produits laitiers, non le lait n’est pas indispensable à une bonne santé en général et un apport en calcium garanti en particulier.

Pour faire simple, les produits laitiers contiennent des protéines et du sucre que nous ne pouvons pas digérer après 3-4 ans. Pire la consommation de produits laitiers non digérés provoque une accumulation d’acide lactique dans l’organisme qui en trop grande quantité devient toxique et source de maladies ( la consommation de produits laitiers cause de nombreux dégâts pour la santé : inflammations de la zone ORL chez l’enfant, acné, troubles du poids, fatigue, inflammations du système digestif chez l’adulte, rhumatismes, maladies nerveuses et thyroïdiennes, cancers hormonodépendants…).

Lait-Intolerance-1024x683

En gros, le lait de vache est l’alimentation du veau et n’est pas du tout adapté à l’homme car il contient des facteurs de croissance cellulaire bien trop important (à bannir donc absolument dans le cas de tumeurs).

Par ailleurs les produits laitiers provoquent du mucus qui se fixe dans la sphère ORL, où se trouve justement les glandes thyroïde et parathyroïde qui ont un rôle de régulateur de la calcémie (le taux de calcium dans le sang). Celles-ci, engluées dans ces déchets ne parviennent pas à assurer correctement leur rôle et même si le lait apporte du calcium, il ne peut pas être utilisé par l’organisme.

En 2002, l’Organisation Mondiale de la Santé  a reconnu un « paradoxe du calcium ». En effet, les pays qui consomment le plus de produits laitiers au monde ont le plus de fractures du col du fémur.

A l’inverse, les populations d’Afrique et certaines d’Asies qui consomment le moins de produits laitiers affichent une santé osseuse parfaite, avec des taux de fracture les plus bas qui soit. 

Les produits laitiers sont tout sauf nos amis pour la vie, ce serait plutôt nos pires ennemis !

Et pour cause, le lait de vache tel qu’on le trouve sur le marché depuis des dizaines d’années est bourré d’antibiotiques administrées  aux vaches, d’hormones et de pesticides (qui se trouve dans leur alimentation).

Ne soyons pas dupes, le lait qui nous est donné à consommer est non seulement toxique d’un point de vue physiologique mais nocif car contenant des pesticides et des résidus d’antibiotiques.

Au final tous les êtres humains sont intolérants au produits laitiers mais beaucoup préfèrent soigner leurs problèmes de santé en prenant des médicaments (qui affaiblissent le système immunitaire) plutôt que remettre en cause leur alimentation et supprimer les laitages. 

L’intolérance aux laitages est donc une alerte donnée par notre corps qui réagit à cette agression permanente et qui tient par tous les moyens de rejeter ce qu’il ne peut pas assimiler, en fabriquant du mucus notamment.

Je ne suis pas en train de dire que c’est facile, mais le jeu en vaut la chandelle ! Pour ma part, le bénéfice ressenti à long terme m’a vite confortée dans mes choix et je préfère dire adieu à un petit moment de dégustation (bon au palais mais nocif) et me sentir bien au quotidien sans médicament. 

Et quand on regarde de plus près ce qu’engendre la production industrielle de lait en terme de pollution et de dégâts pour les animaux, il y a de quoi s’inquiéter : 

 

les effets sur la planète

lait-vache

 

Produire et consommer du lait n’est en aucun cas écologique. Il faut savoir qu’une vache qui n’a subit aucun traitement ne donne que quelques litres de lait, et au maximum pendant 6 mois, après quoi le veau est sevré. A partir de là, la vache ne donnera plus de lait jusqu’à la prochaine gestation.

De nos jours une vache laitière donne plusieurs dizaines de litres de lait par jour, toute l’année, non stop. Ces animaux sont exploités et torturés (les petits veaux sont vite retirés, la vache reste dans un box étroit où on la trait jusqu’à épuisement et où on la perfuse d’antibiotiques à outrance.) En gros, une vache laitière souffre toute sa vie et la production de lait n’est ni respectueuse du bien-être animal, ni respectueuse de la planète (l’impact écologique est énorme : déforestation, affaiblissement des sols, OGMs, pesticides…)

Personnellement en sachant ça, je n’ai pas du tout envie de participer au système !

 

 

Qu’est-ce qu’on mange alors ?

 

En pratique, quand on arrête sa consommation de lait, on gagne du temps au supermarché ! Blague à part dans un supermarché classique, le nombre de rayons dédiés au lait et ses dérivés est énorme (le rayon des yaourts et desserts, le rayon des laits, crèmes, le rayon des crèmes glacées, le rayon des biscuits…) bref le lait est partout.

lait vegetal

Alors forcément quand on décide de ne plus consommer du lait c’est un peu le parcours du combattant au départ (on voit bien le poids du lobby du lait qui est énorme en France). Exit donc lait, crème, beurre, fromage, crème glacée, desserts lactées, crème fouettée, yaourts et tous produits transformés contenant du lait (gâteaux, brioches, purées et soupes, sauces, chocolat …), à la place on adopte le lait végétal (amande, soja, riz, coco … ), des crèmes végétales (amande, riz, soja) pour cuisiner, des yaourts et desserts au lait végétal … Bref les substituts existent et possèdent un réel intérêt nutritionnel.

On trouve tous les dérivés de plus en plus dans les supermarchés traditionnels mais je vous conseille vivement de vous fournir dans les magasins bios car les prix sont moins élevés et gustativement parlant, c’est beaucoup, beaucoup mieux.

Mais alors quid du calcium ? Il faut savoir que l’on trouve davantage de calcium dans les végétaux, les fruits secs, les graines… et tout ce calcium est beaucoup mieux assimilable par le corps humain, libéré du mucus qui perturbe les glandes thyroïde et parathyroïde.

De toute façon, adopter une alimentation saine et équilibrée suffit largement à couvrir les apports en calcium recommandés par l’OMS.

shutterstock-lait-de-soja-vegetarien-sante-02

J’ai bien conscience que les produits laitiers font tellement partie du quotidien et de notre alimentation occidentale que beaucoup de personnes sont persuadées qu’elles ne peuvent pas s’en passer et que de toute façon c’est bon pour leur santé mais je tenais à partager mon expérience car aujourd’hui je me sens bien, en bonne santé et pas du tout frustrée ! Avec ce que j’ai vécu et je que j’ai appris je ne pourrais plus faire marche arrière car au delà des preuves scientifiques, c’est bien une réelle conviction et une meilleure connaissance de mon corps qui me prouve que le lait m’est néfaste.

A chacun d’écouter son corps et se poser les bonnes questions…Si vous souhaitez faire l’expérience, je vous conseille d’arrêter le lait et tous ses dérivés pendant une semaine, les effets ne tarderont pas (personnellement j’ai ressenti un mieux-être au bout de 3 jours !)

Et pour aller plus loin, je ne peux que vous conseiller la lecture du livre “Changez d’alimentation” du Pr Henri Joyeux, un chirurgien cancérologue qui accorde une grande partie de son ouvrage à la question des laitages dans notre alimentation moderne et aux dangers auxquels nous nous exposons en les consommant.

 

 

J’espère que mon expérience vous permettra de vous interroger quant à votre consommation de lait et votre alimentation en général et si je n’ai qu’un conseil à vous donner c’est écouter votre corps.  

 

Alors, prêt(e)s à faire le test d’une semaine sans produits laitiers ?

Promis on vit (beaucoup) mieux sans laitages 😉 

 

 

 

 

 

Comments (9)

  • Très intéressant article ! Je l’ai lu avec attention. Personnellement je ne bois plus du tout de lait depuis plusieurs années car je ne le digère pas (sensation d’avoir une brique dans l’estomac pour un petit verre bu !) et je ne mange quasiment jamais de yaourts. Mon mari a une congestion nasale permanente (avec polypes déjà opérés une fois), le médecin lui a donc conseillé d’arrêter les produits laitiers (surtout de vache). Il fait ça depuis un an mais pas d’amélioration… Alors que sa sœur a la même chose et a vu elle ses problèmes diminuer fortement après arrêt du lait ! Il est vrai que dans le cas de mon mari, il consomme encore un peu de beurre mais sinon = laits végétaux, yaourts de brebis mais surtout de soja, crème végétale, etc

    Répondre
    • Merci beaucoup 🙂 C’est vrai que l’intolérance aux produits laitiers est complexe et se déclare différemment suivant les personnes. Par exemple moi je ne peux manger aucun laitage (beurre ou yaourt par exemple) sans ressentir un trouble. Pour ton mari qui consomme encore des laitages de brebis, si je peux t’apporter mon expérience : je pensais que je n’aurais pas de symptômes en en consommant mais après avoir mangé un yaourt à base de lait de brebis j’étais au plus mal 🙁 Après il faut expérimenter soi-même des choses et observer son corps. Il doit y avoir quelque chose dans son alimentation qui ne lui convient pas..
      C’est pas facile tout ça…

      Répondre
  • Merci pour ce billet très clair qui couvre les différents aspects du sujet. J’ai moi aussi supprimé les produits laitiers et ne m’en porte que mieux. J’entends encore certains dire que non ce n’est pas vrai, le lait n’est pas mauvais pour la santé, j’ai les cheveux qui se dressent sur la tête par un tel aveuglement car aujourd’hui il y a plus en plus d’infos sur le sujet. Pour moi aujourd’hui consommer du lait c’est fermer les yeux sur une réalité qui touche la santé, l’environnement et le traitement des animaux. Si tu me permets je diffuserai ton billet autour de moi ! 😉

    Répondre
  • Merci beaucoup 🙂 Tu as trouvé le terme exact en parlant d’aveuglement, je pense qu’aujourd’hui les différentes études démontrent ce que beaucoup suspectaient depuis longtemps mais que trop peu de personnes veulent croire (par confort surtout, par habitude aussi…). Personnellement je suis très heureuse de m’être affranchie du puissant lobby des produits laitiers et franchement tout ça ne me manque absolument pas ! Que ce soit pour la santé, les convictions écologiques ou la cause animale, il y a en effet beaucoup de raisons de supprimer les laitages et je te suis reconnaissante de diffuser autour de toi car je me dis que si ce billet permet ne serais-ce qu’à une seule personne d’ouvrir les yeux, j’aurais tout gagné 😉

    Répondre
  • C’est vraiment un article très intéressant et des questions que je me pose beaucoup! Alors pourquoi ne pas commencer par une semaine sans lait. Tu as relancé ma reflexion!

    Répondre
  • Waw sacré article.
    J’ai des problèmes de congestion nasale et pareil que toi, les médecins ne savent pas vraiment de quoi ils retournent.
    Depuis quelques temps ca va mieux car je me tourne vers les laits et crèmes végétaux. Et je crois que je vais continuer ainsi. Alors merci !

    Répondre
  • Oh merci ! Oui j’ai pris du temps pour bien parler de mon expérience et franchement je ne peux que t’encourager dans cette voie… Heureusement tout ça est derrière moi maintenant et je profite à fond de pouvoir re-respirer normalement 🙂 Il y a beaucoup d’alternatives aux laitages donc pas de raison de se prendre la tête ! Il faut juste s’y tenir et c’est gagné !

    Répondre
  • Bonjour,
    Je découvre votre blog aujourd’hui et je le trouve beau tant par son contenu que par son esthétisme.
    Depuis plusieurs mois, j’ai nettement réduis ma consommation de lait de vache, principalement après avoir lu l’ouvrage du Professeur JOYEUX (“Changez d’alimentation”), qui explique, tout comme vous, que l’Homme est le seul être vivant à consommer du lait bien après son “sevrage”, et il précise aussi, que le lait est la principale cause de cancer de la prostate chez l’homme. En réflechissant, c’est vrai qu’aujourd’hui les vaches sont bourrées d’hormones, d’antibiotiques et autres “poisons”, que nous ingérons à travers le lait que nous consommons, sous toutes ses formes !
    Je viens d’une famille où on ne peut se passer de fromage, et moi, tout particulièrement, j’adore la crème fraîche… Et bien lorsque j’ai cessé ma consommation de lait de vache, de fromage et de crème fraîche, j’ai très vite ressentie un confort digestif, alors qu’auparavant, je souffrais de brûlures oesophagienne… Ne pouvant me priver totalement, je me suis tournée vers des fromages de chèvre et de brebis. Quant aux autres fromages (camenbert, brie etc…) et la crème fraîche, c’est devenu occasionnel ou lorsque je suis invitée. Et pour rien au monde je ne ferai marche arrière !

    Répondre
  • Totalement d’accord avec toi, même si c’est vrai qu’au début se n’est pas si facile ! Mais on se sent tellement mieux !
    Mais après la découverte du fromage blanc au lait de coco de la marque Coyo par exemple, je suis aux anges !

    Répondre

Write a comment